« La dématérialisation ? Bien plus que la suppression du papier »

#reciperereviewed : Rencontre avec Phn Paul Perdieus (partie 1) 

La dématérialisation de la prescription électronique est un fait depuis la moitié du mois de septembre 2021. Pour les médecins, le nouveau système ouvre des possibilités intéressantes, de la réduction de l’utilisation de papier à un meilleur suivi de la consommation de médicaments des patients. Le patient, de son côté, peut être plus actif dans la gestion de ses traitements. Dans cette série, d’importantes parties prenantes au processus nous éclairent sur les avantages et les défis de la prescription dématérialisée.

Comment la prescription dématérialisée fonctionne-t-elle dans la pratique ? Quels sont ses principaux avantages et les plus grands défis qu’elle implique ? Et que peut-on attendre de l’avenir ? Nous avons posé la question au pharmacien Paul Perdieus, secrétaire général de l’Ophaco et membre du Conseil d’administration de Recip-e.

  • Dans la première partie, nous examinons ce que représente la prescription dématérialisée pour le secteur des soins de santé.
  • Dans la deuxième partie, nous revenons sur les premiers mois de la dématérialisation et nous envisageons l’avenir.

La « suppression du papier », mais ce n’est pas tout… 

On résume souvent la prescription dématérialisée comme la « suppression de la nécessité de documents papiers ». Mais même s’il s’agit bien entendu de sa caractéristique principale, la dématérialisation est bien plus que cela. Il s’agit de la dernière étape du processus de numérisation de la prescription de médicament. « Ces derniers mois, tout le monde s’est attelé à trouver la bonne manière d’expliquer ce qui avait changé exactement. On a beaucoup parlé d’économie de papier ou de prescription sans papier, mais il y a plus important. Ce qui est important, c’est qu’aujourd’hui, les données peuvent être tracées et partagées, et que la numérisation encourage l’interaction – des prestataires de soins avec les patients, mais également des prestataires de soins entre eux », nous explique Phn Paul Perdieus. « Il s’agit donc de bien plus que le simple transport du code-barres RID vers la pharmacie. Grâce à la numérisation de la prescription, nous avons la possibilité d’utiliser la mine d’informations disponible sur la consommation de médicaments de manière beaucoup plus efficace. »

La plus grande révolution reste à venir

Depuis le 15 septembre 2021, les patients peuvent choisir de retirer leurs médicaments en pharmacie avec ou sans preuve papier. « C’est une étape très importante que nous avons pu franchir grâce à Recip-e, mais ce n’est certainement pas la dernière. Le schéma de médication partagé de VIDIS aura par exemple un impact énorme sur le plan du traitement. Grâce à ce schéma, que nous alimenterons à partir de Recip-e, toutes les parties concernées disposeront à tout moment d’un aperçu des traitements pharmaceutiques en cours. Tant les pharmaciens que les prescripteurs et les patients. Mais nous n’en sommes pas encore là à l’heure actuelle », nous explique Phn Paul Perdieus.

Un changement fondamental pour le pharmacien

À l’heure actuelle, la prescription dématérialisée offre déjà différents avantages. Ces avantages sont clairs pour le patient et pour le prescripteur : le patient dispose de plus de possibilités pour gérer sa santé et le prescripteur réduit sa charge administrative. Le pharmacien d’officine, quant à lui, se retrouve tout à coup confronté à plus de possibilités. 

« Les premières semaines et les premiers mois sont plus compliqués pour les pharmaciens », déclare Phn Paul Perdieus. « Il s’agit après tout d’un changement dans le processus le plus important de la pharmacie, à savoir la délivrance de médicaments sur prescription. Un changement dans ce processus a une influence fondamentale sur le fonctionnement quotidien de la pharmacie. » 

Une communication transparente à partir de Recip-e

À cela s’ajoutent les attentes des patients. Ces derniers se posent des questions sur les nouvelles possibilités de récupérer leurs médicaments en pharmacie qui leur sont proposées, mais ne souhaitent de préférence pas devoir attendre plus longtemps pour avoir accès à ceux-ci. « De leur point de vue, c’est logique. Les patients ne se sentent pas concernés par les difficultés de démarrage rencontrées en pharmacie », poursuit Phn Paul Perdieus. « Pour les pharmaciens, en revanche, la combinaison de tous ces facteurs est synonyme de stress. Dans la phase de lancement d’un projet d’une telle envergure, il est impossible d’éviter ce genre de situation complètement, mais avec Recip-e, nous mettons tout en œuvre pour éviter autant que possible tout stress supplémentaire, grâce à une information continue, à une communication transparente sur les obstacles rencontrés rapidement et au traitement rapide et ciblé des problèmes rencontrés sur le terrain avec les différents partenaires. »

Par ailleurs, le retrait dématérialisé offre également des avantages clairs au pharmacien, souligne Phn Paul Perdieus. « Le plus important étant sans doute qu’en tant que pharmacien, nous disposons maintenant d’un aperçu complet des médicaments prescrits aux différents patients. Cela nous permet d’engager le dialogue avec ceux-ci ou leurs représentants, afin de les aider de manière plus efficace dans le cadre de leur consommation de médicaments. Ce qui est en fin de compte notre mission principale en tant que pharmaciens. » 

Un levier pour une collaboration étroite entre les prestataires de soins

Les prescripteurs ne sont pas toujours complètement au courant des soins prodigués aux patients par les pharmaciens, et vice versa. « À nouveau, la numérisation de la prescription est une véritable opportunité », nous explique Phn Paul Perdieus. « Grâce à rétroaction de Recip-e, nous sommes en mesure de mettre en place une communication structurée entre les prescripteurs et les pharmaciens, sans que ceux-ci ne doivent se contacter par ailleurs. Cette possibilité existe depuis longtemps déjà, sans être fréquemment utilisée. Si elle est correctement implémentée dans le logiciel, elle représente toutefois un atout considérable pour les deux parties. »