Les 10 ans de Recip-e vus par Dr Marc Moens

Nous avons rencontré Dr Marc Moens et ce dernier nous a parlé de ses expériences au sein de Recip-e. Comment tout a commencé ? Quelles sont les perspectives pour l’avenir ? Passé, présent, futur : Dr Marc Moens nous raconte son histoire en toute sincérité. 

Comment l’asbl Recip-e est-elle née il y a 10 ans de cela ?

« Tout a commencé il y a environ 12 ans. Il s’agissait alors d’une association de fait. Je ne faisais pas encore partie du projet à l’époque », nous explique Dr Marc Moens. « L’association de fait établie par les médecins et pharmaciens s’est transformée en asbl quelques années plus tard, principalement parce qu’une base juridique était devenue nécessaire », continue Dr Marc Moens. « L’INAMI est notre autorité subsidiante. Voilà pourquoi il nous fallait plus qu’une association de fait, à savoir une asbl. »

Dans un premier temps, l’objectif de Recip-e était de numériser la prescription papier. « Il fallait acheminer une prescription non adressée d’un médecin vers un pharmacien, en fonction du choix du patient. Ensuite, ce même patient pouvait récupérer le contenu de sa prescription au moyen d’un code RID présent sur la prescription papier », nous explique Dr Marc Moens.

Quelles sont vos perspectives d’avenir pour Recip-e ?

« Avec Recip-e, nous voulons avancer encore plus vers le numérique et ouvrir davantage encore la voie vers la dématérialisation, et ce dans un avenir proche », poursuit-il. « Une numérisation étendue de la prescription exige d’adopter une tout autre approche et de continuer à optimiser le système. Par ailleurs, Recip-e doit fournir des solutions en cas de problème de fonctionnement de l’une des parties du système, par exemple en cas de panne d’internet. »

« Enfin, de nombreuses évolutions et souhaits de médecins et de pharmaciens doivent encore être ajoutés aux fonctionnalités de Recip-e. Un médecin pourra ainsi voir si le patient a bel et bien été retirer son médicament en pharmacie », ajoute Dr Marc Moens. « Cela permettra au prescripteur de mieux évaluer l’observance thérapeutique, sans devoir uniquement se baser sur le feedback du patient. Le résultat ? Un accompagnement encore plus ciblé du patient dans son parcours de santé.

« Outre les prescriptions de médicaments existantes, Recip-e pourra également traiter les « prescriptions de renvoi » à l’avenir, permettant à un médecin (ou dentiste) de renvoyer un patient vers un autre prestataire de soins, et favorisant ainsi la collaboration entre les prestataires de soins. Recip-e se prépare également à mettre en place de nouvelles normes techniques afin d’être prête à accueillir les derniers développements informatiques », nous explique Marc Moens.