Première évaluation et plan d’action dynamique en vue de résoudre un certain nombre de problèmes

BRUXELLES, novembre 2021- Le 15 septembre dernier, la prescription de médicament dématérialisée a été entièrement déployée. Depuis lors, une première évaluation a été effectuée. Recip-e a également établi un plan d’action dynamique dans le but de résoudre aussi rapidement que possible les problèmes soulevés, et ce avec les partenaires concernés. Retrouvez les problèmes et leurs potentielles solutions dans ce pdf.

Différentes parties prenantes jouent un rôle dans la dématérialisation :

  • la plateforme eHealth fournit les services de base d’eHealth ;
  • le Collège Intermutualiste National est chargé de la gestion de la relation thérapeutique, du contrôle de l’assurabilité des patients et des attestations pour les médicaments du chapitre IV ;
  • les développeurs de logiciels pour les médecins (généralistes), les dentistes, les pharmaciens et les patients garantissent le lien avec Recip-e, ainsi que la compatibilité entre eux et avec Recip-e ;
  • les services d’archivage et de tarification pour les pharmaciens veillent au traitement administratif des prescriptions en pharmacie ;
  • s’ajoutent ensuite les différents services impliqués dans les cartes d’identité électroniques, à savoir le SPF Affaires étrangères, le SPF Intérieur et le SPF Stratégie et Appui
  • les prescripteurs créent des prescriptions, les pharmaciens les récupèrent, les patients les consultent et les gèrent (y compris les nouvelles fonctions de dématérialisation : le privacy flag et la réservation de médicaments). À cet effet, chacun d’entre eux utilise son propre logiciel ;
  • Recip-e établit des spécifications pour les développeurs de logiciels.

Cette diversité de parties prenantes est un atout, mais elle engendre évidemment aussi des défis très importants. Pour que le processus puisse se dérouler sans encombre tout au long de la chaîne, il faut que chaque maillon de celle-ci fonctionne correctement.

Dr Phn Katrien Thorré, directrice de Recip-e :

« Grâce à ce plan d’action dynamique, nous établirons la cause de chaque problème, afin que le(s) partenaire(s) concerné(s) puisse(nt) le résoudre au plus vite. Nous continuerons également de communiquer de manière transparente sur les difficultés rencontrées.
Les prestataires de soins et les patients y ont droit. La chaîne de la dématérialisation est constituée de beaucoup de maillons. Il est essentiel de communiquer de manière transparente afin de pouvoir traiter chaque problème de manière ciblée.
»

Première évaluation

Depuis le déploiement intégral du 15 septembre 2021, une première évaluation complète a été effectuée.

  • Les pharmaciens ont pu commencer à travailler avec la prescription entièrement dématérialisée dès le 1 juin 2021. Depuis lors, ils sont en mesure de conseiller davantage les patients d’un point de vue pharmaceutique, ayant accès à un aperçu de l’ensemble des prescriptions en cours.
  • Depuis le 15 septembre, tous les prescripteurs ont la possibilité de prescrire de manière dématérialisée. Nous constatons que de plus en plus de médecins ne fournissent plus de document imprimé à leurs patients, et qu’ils sensibilisent ces derniers à retirer leurs médicaments en pharmacie au moyen d’une application ou de leur carte d’identité électronique.
  • Enfin, les patients sont de plus en plus familiarisés avec les applications leur permettant de récupérer leurs médicaments et de gérer leurs prescriptions. Cette année encore, le gouvernement a lancé l’application « MesMédicaments » que tous les citoyens peuvent utiliser gratuitement.

Problèmes et solutions

Sur la base de moments de concertation et des retours des prescripteurs, pharmaciens et citoyens, Recip-e a identifié un certain nombre de difficultés. Dans ce pdf vous trouverez la liste de celles-ci, ainsi que les potentielles solutions à court terme. Entre-temps, les acteurs concernés chercheront à trouver une solution structurelle aussi rapidement que possible.

Plus d’infos ?

Vous êtes prestataire de soins et vous rencontrez une difficulté ? N’attendez pas et contactez-nous (ticket@recip-e.be). Plus nous disposerons d’informations, plus rapidement nous serons en mesure de trouver des solutions. Veuillez toujours indiquer le code RID, et idéalement également la date de prescription (prescripteur)/de retrait (pharmacien). Toute autre information pertinente est la bienveue 1

Recip-e est l’équipe multidisciplinaire qui participe à la création de la prescription électronique dans le secteur des soins de santé belge. L’asbl est composée de représentants de tous les prestataires de soins siégeant au Comité de l’assurance de l’INAMI : des médecins, des dentistes, des pharmaciens, des kinésithérapeutes et des infirmiers (à domicile). Depuis le mois d’avril 2019, Recip-e est dirigée par Dr Phn Katrien Thorré. Dr Marc Moens en est le président.

  1. Recip-e n’a pas accès au contenu des prescriptions, mais peut tout de même contacter les éditeurs logiciels concernés pour organiser une concertation.