Rapport d’activité 1er trimestre 2019

Le premier trimestre a été une période de continuité des services Recip-e  et d’évaluation nos activités. Les coordonnées ci-dessous sont restées les mêmes.

Étude Sven Van Laere (diplômé en informatique à la VUB et a poursuivi sa formation par un doctorat en sciences médicales.)

Comme déjà mentionné, Sven est en train d’enquêter sur la qualité de Recip-e et participe ainsi à son optimalisation. L’an dernier, dans la première partie de sa recherche, il a interrogé les pharmaciens sur la prescription électronique. La conclusion la plus importante est qu’il y a encore du travail à faire pour améliorer les connaissances sur la prescription électronique. Pour la deuxième partie de son étude, Sven et l’Office de tarification de KLAV (Koninklijke Limburgse Apothekers Verbond) ont mené une étude plus approfondie dans le Limbourg. Elle a montré que 2,25 % des pharmaciens traitent encore une ordonnance manuellement (lire : pas d’ordonnance pour Recip-e). Il s’agit là d’une évolution positive. D’autres résultats de cette étude ont été inclus dans une entrevue avec Sven, qui peut être lue ici.

Dématérialisation

Comme déjà évoqué dans le précédent rapport trimestriel, ces études s’inscrivent dans le cadre de la préparation de la dématérialisation, en particulier l’optimisation du « validateur de dématérialisation ». En ce qui concerne la dématérialisation, il y a de bonnes nouvelles : l’information technique pour les maisons de soft est disponible et a été validée et les développements peuvent commencer bientôt! Au début du mois d’avril, nous informerons les maisons de soft et leur transmettrons toute la documentation nécessaire. En outre, deux séances d’information seront organisées le jeudi 25 avril : de 10 heures à 12 heures pour les progiciels de prescription et de 14 heures à 16 heures pour les progiciels de délivrance. La dématérialisation est dès maintenant un fait. C’est un processus, où nous travaillerons avec les maisons de soft pour atteindre le résultat souhaité auprès des prestataires de soins. Vous voulez en savoir plus sur la dématérialisation ? C’est possible ! Le livre blanc que Recip-e a approuvé avec les associations de patients sera bientôt disponible sur notre site web :

‘Le bouton’.

Grâce à ce bouton, un prestataire de soins peut signaler une « erreur » de son progiciel à Recip-e. Ce bouton n’est actuellement intégré que dans un seul progiciel. Nous travaillons d’arrache-pied pour changer cela. Au total, nous avons déjà reçu 1121 notifications via ce bouton. [1]

En passant, 205 tickets ont été reçus sur notre site support@recipe-.be, ce sont des questions signalées directement par les prestataires de soins.

Vous trouverez ci-dessous un aperçu des tickets et le pourcentage des notifications les plus courantes :

Les notifications peuvent être divisées en 3 types:

  1. Notifications de contenu

On les trouve souvent en pharmacie, ce qui peut avoir un impact majeur sur le bon fonctionnement dans leur quotidien.

Parmi ces notifications nous comptons les types de notifications suivantes :
– Différence de contenu Électronique prescription et la preuve de prescription papier
– CNK : Problèmes / absence / anciens numéros / 0000000
– Problèmes de DCI
– Problème Magistral

Différence de contenu entre électronique et la preuve de prescription papier : T4 2018 3,2% par rapport au T1 2019 3,0% donc une légère baisse presque négligeable, on parle donc d’un statu quo.

Problèmes avec le CNK : T4 2018 1,5% par rapport au T1 2019 4,6%, soit une augmentation remarquable. Les sources de données utilisées continuent de poser problème. Le SAMv2 peut être une solution, mais pour le moment nous ne savons pas s’il deviendra obligatoire.

Le problème DCI n’a pas été détecté au dernier trimestre mais réapparaît ce trimestre avec quelques mentions, au total 0,9%. L’utilisation du SAMv2 offrirait également une solution à ce problème.

Le Problem Magistral était déjà limité de 0,4% au trimestre dernier et vient d’être réduit de moitié à 0,2%. Il y a 2 raisons. D’une part, il existe parfois l’interprétation erronée du pharmacien selon laquelle une préparation magistrale donnée sous forme de texte est incorrecte, ce qui n’est techniquement pas le cas pour Recip-e. D’un autre côté, les progiciels de prescription sont à la recherche de bonnes sources de données pour prescrire des préparations et il se produise des erreurs occasionnelles. En ce moment, nous en discutons avec les experts du TMF pour trouver des solutions possibles à ce problème.

  • Notifications de l’utilisateur

Celles-ci sont généralement dues à une erreur de fonctionnement ou d’utilisation du progiciel. Cela peut se produire dans le progiciel du médecin lorsque le médecin a accidentellement révoqué son ordonnance ou dans le logiciel de la pharmacie, si le pharmacien garde son ordonnance « en cours de traitement » et ne la retourne pas au serveur Recip-e.  Un deuxième type de notification de l’utilisateur concerne le RID et le code à barres – il peut également s’agir d’une notification technique – et se produit lorsque les médecins copient une preuve de prescription papier plusieurs fois si 1 preuve de prescription papier a déjà été collecté.

Par rapport au quatrième trimestre 2018 : nous constatons une augmentation au premier trimestre 2019 de 56,9%, à 60,4% des messages d’notification signalés. Cela concerne le nombre total de notifications et non seulement celles de l’utilisateur.

Une analyse plus poussée a montré que la cause de plus de 60 % des notifications était dû à eHealth. Ces notifications étaient liées à la récupération d’une clé ou à une notification technique en eHealth.

En ce qui concerne les problèmes liés au RID/code barre, nous constatons une forte baisse d’un quart, de 20,7% au 4ème trimestre 2018 à 15,6% au 1er trimestre 2019. Cela peut s’expliquer par le fait que les  » problèmes de démarrage  » fréquents avec les progiciels nouvellement lancés (principalement dans les hôpitaux) ont été résolus.

  • Erreurs techniques

Ces notifications peuvent survenir à différents niveaux et à chaque phase du processus. Si l’on considère les erreurs techniques réelles signalées via le support par des prestataires de soins de santé, on constate que les notifications d’interprétation de la date sont passées de 1,1 % au quatrième trimestre 2018 à 1,9 %. La cause des problèmes est souvent liée à la « date d’expiration » et à « la date à partir de laquelle la prescription est exécutable ».

Les notifications susmentionnées qui sont causées par la récupération de la clé  ou eHealth relèvent évidemment de cette catégorie et sont dues à des problèmes de eHealth.

Les rapports hebdomadaires aux maisons de soft se poursuivent et, entre-temps, de nouveaux flux ont été ajoutées afin de se débarrasser progressivement de ces notifications en collaboration avec eux.

Presque tout le monde à bord !

Il semble que nous ayons atteint un maximum de prestataires et d’utilisateurs de soins de santé.

Hôpitaux

Nous constatons que le nombre d’hôpitaux est resté le même, mais que le nombre d’ordonnances a augmenté.

Dentistes

Plus de dentistes ont commencé à prescrire, mais le nombre d’ordonnances a légèrement diminué.

Médecins

Le nombre de médecins demeure stable, tandis que, comme pour les dentistes, le nombre d’ordonnances a légèrement diminué ce trimestre.

Sages-femmes

Nous constatons une augmentation remarquable du nombre de sages-femmes. Toutefois, le nombre de sages-femmes qui prescrit demeure faible, mais au premier trimestre, leur nombre a plus que doublé. Cela se reflète également une augmentation du nombre d’ordonnances.

Pharmacies

Le nombre de pharmacies est stable, la légère baisse est liée à la fermeture d’un certain nombre de pharmacies au début de cette année. Le nombre d’ordonnances a légèrement diminué, rien d’inquiétant, mais en ligne avec la diminution du nombre d’ordonnances prescrit.

Communication.

Dernier rapport trimestriel, nous mentionnons notre canal Twitter. Le nombre d’adeptes continue d’augmenter. Nous avons accueilli 65 nouvelles personnes, ce qui fait que le nombre total s’élève à 244.  Les impressions laissées sur Twitter ont fortement augmenté par rapport au trimestre précédent.

Nous évoluons dans la bonne direction et persistons à optimiser notre travail de communication et du helpdesk. Les trois mois prochains beaucoup de nouvelles s’annoncent! Curieux ? Lisez tout à ce sujet début juillet !

Nous sommes toujours à la recherche de prestataires de soins qui veulent partager une expérience positive ou des conseils et astuces. Intéressé ? Envoyez un courriel à communication@recip-e.be


[1] Il est à noter que pendant une certaine période, nous avons reçu les tickets deux fois en raison d’une notification technique. Cela a influencé leur nombre.